Brûlis

plans d’architectes, javel, plexiglas
série 1: 130x90 cm
série 2: 50x45 cm, 2018

Sur de vieux plans de constructions avortées, un détail attire l’oeil.
Les roses des vents, pictogrammes fleuris qui indiquent le nord, aussi le sens de lecture. Aucun Nord n’est semblable, ou presque. C’est comme si elles faisaient discrètement signature, tenatient de laisser trace. Indispensables à la compréhension d’un plan, elles semblent aussi être les seules lieux de fantaisie que s’octroie l’architecte.
Je décide, comme ferait l’herboriste, de collecter toutes les espèces de «roses». Passée à l’eau de javel, la surface du plan est comme lessivée, brûlée. Subsistent des lignes estompées du terrain, des fantômes de murs et de fenêtres.
Le brûlis est une pratique agricole traditionnelle de défrichement par le feu, de tabula rasa qui nourrit le sol, prépare les pousses prochaines.
Il ne reste sur les plans que les Nords déboussolés, des tâches brunes et bleutées comme tatouées.

 

Vues de l’exposition Jusqu’à preuve du contraire, nous ne trouverons rien. Agathe Boulanger, Clara Denidet, Le Bel Ordinaire, Pau, 2018
Photographies ©Philippe Costes